Lasote

Le lasotè, une tradition qui perdure

Lasotè, un geste au service de la terre

Culture Lasote

Le lasotè est une tradition des mornes.

Champs pentusPentus, les terrains difficiles d’accès, ont été ignorés pendant de longues années faute d’intérêts pour une culture laborieuse. Pourtant l’homme au cœur de l’effort a su faire revivre ce geste ancestral en rapport avec une solidarité villageoise.

Pour défricher, rien de tel, que d’être ensemble…

Plusieurs agriculteurs, la houe entre les mains, s’unissent pour avancer le labour – de bas en haut – de la culture locale : ignames, dachines, patates douces… sortiront bientôt de terre.

Ambiance au son des tambours

Musique traditionnelle - lasote

Tambour - LasoteL’exode rural accentué en 1960 du Nord de la Martinique a failli faire disparaître cet art de cultiver. Mais les « Anciens » ont cru en cette reviviscence de la tradition créée antan lontan par les « nouveaux libres ». Le courage n’a alors pas manqué pour remettre au gout du jour le « bagaye vyé nèg’ ».

Tanbouye

Aujourd’hui les travailleurs (dits « bourè ») n’ont pas leur pareil pour répondre à un rythme donné.

Aussi le maître-tambour (« tanbouyè ») donne la note du balan, reprise aussitôt par les joueurs de ti-bwa (« bwatè »).

Bwate

Conque lambi - lasote

Mais sonne par – dessus tout, ce rappel du « konè ».

Il surprend par un tempo lointain et fort à l’aide d’une superbe conque de lambi.

 

Entraide traditionnelle de labour

Le sol, après avoir été débroussaillé, est retourné par une vingtaine d’hommes au quartier « morne des cadets » lieu dit la férrée à Fonds-Saint-Denis ; en rang, la houe se lève méthodiquement en l’air puis retombe en cadence dans la terre friable.

Des tours de bras sans compter… pour sillonner, puis planter.

Le « mazonn » ou le « gran son » dictera alors le geste. Parfois un homme plus prompt que son voisin, lance l’outil comme une parade, rappelant qu’autrefois, la séduction était de mise, avec une musculature au rendez-vous ! Les femmes pouvaient alors repérer un éventuel prétendant… me rapporte un membre de l’association Lasotè.

Lasote - Novembre 2019

L’ état d’esprit de Lasotè        

Dachines

Les dachines pour l’occasion… couvriront progressivement cette terre qui peut être aride même en saison d’hivernage. Moment de solidarité, basé sur le « coup de main » qui se lie aux sons de la musique traditionnelle. Les collines de la commune Fonds-Saint-Denis voient alors en quelques heures (au lieu de plusieurs jours) des trous « carrés » pour recevoir les jeunes racines, qui 8 mois plus tard regagneront le petit marché local.

Jubenot Annick - Lasote

 

Un savoir-faire et un savoir-être que la terre chante et honore !

Une cohésion sociale et un modèle économique, rajoutera Annick.

Le lasotè on y travaille, on y joue, on y danse… et on y mange bien !

Texte relu par Annick Jubenot, directrice de l’association Lasotè.

image_pdfimage_print
Article précédent Article suivant
    • Harold
    • 6 décembre 2019
    Répondre

    L’esprit de Lasotè est bien vivant à travers ce texte et ces images…dans 8 mois cela sera le rythme des couverts dans l’assiette qui répondra au tanbouyè…On en redemande!

      • L'équipe de Family Evasion
      • 6 décembre 2019
      Répondre

      La gourmandise te perdra Harold !
      Au son de la musique traditionnelle les dachines ont un meilleur goût, le sais tu ?

        • Larade
        • 8 décembre 2019
        Répondre

        Bel outil de cohésion sociale, faisons tout pour pérenniser cet outil qui honore notre patrimoine.

          • L'équipe de Family Evasion
          • 8 décembre 2019
          Répondre

          En effet, diverses associations dont celle de “Lasotè” soutiennent une manière de vivre et un état d’esprit collectif au service de la terre et de l’humain. Merci pour ce retour.

        • Beauregard Colette
        • 8 décembre 2019
        Répondre

        Merci à l’équipe de nous faire revivre ce savoir faire ancestral très pratique. Tout en un.
        Nous aurions pu utiliser cette technique dans nos campagnes entre voisins pour planter nos terres souvent en friche faute de temps ou de main d’oeuvre. Ainsi on pourrait avoir une certaine autonomie alimentaire en quartier. Je rêve peut être, mais je crois qu’on pourrait y penser
        Merci encore

          • L'équipe de Family Evasion
          • 8 décembre 2019
          Répondre

          Bien sûr Colette, excellente idée. Le coup de main se répand ou plutôt se perpétue, car face à l’individualisme naissant on y répond en s’engageant par le “faire ensemble” ; toute une manière de vivre que Lasotè approche.
          Donc un rêve peut être… mais pouvant certainement devenir réalité !
          Merci à toi.

    • Mercator
    • 7 décembre 2019
    Répondre

    Super article qui montre, que le savoir collectif, l’entraide, le lien social, et le collectif lui-même existent depuis toujours.
    Le lasoté, un modèle économique à perdurer dans d’autres domaines.
    Merci Carolle !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 7 décembre 2019
      Répondre

      Merci Mercator pour ce retour qui appuie la démarche valorisante d’entraide… quelle qu’elle soit ! 😉

      • CAUVER
      • 12 décembre 2019
      Répondre

      Bonjour Annick,
      Un grand merci et félicitations pour le travail que tu fais. Raviver ce pan du patrimoine martiniquais, faire découvrir ou redécouvrir ce travail vié nêg, chaînon de la cohésion et du lien social, de l’entraide et source du bien mangé. Foss épi kouraj.
      J-F

        • annick jubenot
        • 12 décembre 2019
        Répondre

        Merci pour l’association Lasotè,
        Merci pour tes encouragements, tu as suivi l’évolution de notre travail depuis 2008. Ce qui fait qu’aujourd’hui la Martinique connait le Lasotè .
        Comme des fourmis nous essayons de donner ses lettres de noblesse à cette pratique.
        Merci à l’équipe de family évasion de nous soutenir.
        annick

    • Pascale
    • 8 décembre 2019
    Répondre

    On y va Carole ?

      • L'équipe de Family Evasion
      • 8 décembre 2019
      Répondre

      Bonjour Pascale, j’y étais ce we, d’où ce reportage ! 😉
      Mais d’autres manifestations sont prévues, ainsi que la vente de la récolte…

    • Marie
    • 8 décembre 2019
    Répondre

    Existe aussi ailleurs dans le monde…

      • L'équipe de Family Evasion
      • 8 décembre 2019
      Répondre

      En effet, en Afrique cela reste un travail fort apprécié pour une entraide commune par exemple.
      Le sud de la Martinique est aussi garant de cette pratique sous un autre nom, la fouyetè.
      Merci !

      • annick jubenot
      • 10 décembre 2019
      Répondre

      Les modes de travail collectif existent dans toutes la caraïbes et en Afrique. Chaque île l’a adapté à ses sols et à ses besoins et croyances.
      KOMBIT en Haiti
      PITCHAY à Sainte Lucie etc…
      Dans les Comores, dans le SAHEL en Afrique
      En Martinique, il existe 3 types de musique de travail :
      le lafouyeté sur le Nors atlantique
      le fouyétè dans le sud (qui a quasiment disparu)
      le lasotè, brité, gaoulétè ou laso dans le nord caraïbe
      Si vous souhaitez en savoir plus, il y a un livre que l’association LASOTE a édité…

    • Jacqueline
    • 8 décembre 2019
    Répondre

    Bel article.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 8 décembre 2019
      Répondre

      Merci à toi pour cet avis positif.

    • Françoise
    • 9 décembre 2019
    Répondre

    Super pour la solidarité !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 9 décembre 2019
      Répondre

      En effet, un espoir pour avancer ensemble…

    • babot
    • 9 décembre 2019
    Répondre

    Super de faire un article sur cette belle tradition, méconnue de beaucoup de la nouvelle génération.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 9 décembre 2019
      Répondre

      Merci pour ce témoignage qui porte l’équipe à continuer le creuset du partage et du terroir… où qu’il soit !
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *