Fadiouth

Fadiouth, l’île bâtie sur des coquillages !

Sur la plage… des coquillages rien que des coquillages

Pont de Joal - Fadiouth

Fadiouth est une île située dans la région de Thiès, au sud-est de Dakar. Cette île artificielle est rattachée à la terre ferme par le pont en bois de Joal. C’est pour cela que l’on parle plus communément de Joal-Fadiouth.

Aucune voiture ne circule sur l’île pour la simple raison que les rues sont étroites et impraticables pour un véhicule motorisé. Seules les charrettes tirées par un âne ou un cheval peuvent passer sur le pont et ainsi approvisionner le petit village.

Bateaux

Création de l’île de Fadiouth

Maisons de FadiouthLes ancêtres du village de Joal ont créé cette île, il y a plus de 200 ans. C’est par une consommation massive de coques d’huîtres que l’île est sortie de terre.

Des tonnes de coquillages uniquement réalise cette île . Lorsque vous marchez dans les ruelles, vous marchez sur des coques !

Au début de la création de l’île, même les maisons étaient bâties 100% en coques. L’enduit était fabriqué avec des coques chauffées, qui se transforment en chaux à haute température.

coques sechees

Un exemple de tolérance

En effet, cette île est un exemple de tolérance car musulmans et catholiques vivent ensemble. On peut voir une mosquée de quartier établie entre deux maisons de familles catholiques.

L’église en forme de hutte traditionnelle est aménagée avec un autel et des icônes de Saints. Des mosaïques, symbole de l’Islam revêtent les colonnes soutenant le toit. Catholiques et musulmans ont construit cette église.

cimetiere de Fadiouth

Une fois encore un exemple de cohabitation, le cimetière de Fadiouth. On y accède par un ponton à partir de l’île. Sur ce monticule de coquillages sont enterrés catholiques et musulmans. Il n’y a aucun mur de séparation, musulmans et catholiques sont ensembles même après la mort. C’est là que l’expression tant entendue au pays de la Téranga, « On est ensemble » prend tout son sens.

Une cousine du Mont Saint Michel

Ile

L’île de Fadiouth avec sa configuration environnementale nous fait penser au célèbre Mont Saint Michel entouré d’eau, bercé par ses marées suivant les heures de la journée.

Lorsque la mer se retire, ce ne sont pas des moutons, mais des cochons qui viennent se nourrir et patauger dans ces grandes étendues riches en insectes. Car les habitants font des élevages de cochons pour leur consommation et aussi pour les revendre.

Lors de votre promenade dans les ruelles de Fadiouth, vous pourrez croiser des magasins au nom commun français comme : Mammouth, Galeries Lafayette, Lidl… La rue la plus longue de l’île se nomme « Les Champs Élysées » !

Les recettes de Fadiouth

CoquillagesLes femmes de Fadiouth fabriquent le couscous de mil. Un moulin « industriel » (il tient dans une pièce de 5 m2) réduit ce mil en farine. Celle-ci, mélangée avec des feuilles de baobab, cuit à la vapeur. Puis la poudre se mêle au lait caillé.

« Le repas est servi ! » C’est en effet un repas traditionnel de tous les jours sur Fadiouth.

Les pêcheurs ramènent leur prise de coques alors que les femmes les préparent. Bouillies, puis séchées en plein soleil sur des pagnes tissés. Une fois sèches, les coques sont consommées. Et les coquilles rejoignent de façon traditionnelle les ruelles de Fadiouth.

L’île se trouve au milieu de Bolongs (bras de mer) où poussent des palétuviers. Lorsque la marée est basse, les femmes du village viennent récupérer les huîtres qui grandissent sur ces arbres. Les huîtres sont ensuite revendues dans des restaurants.

Clin d’œil pour la Martinique… Ici, on trouve aussi du lambiIl sèche au soleil pour finir dans le fameux Tiebou dieune (plat sénégalais). Il parfume également les repas.

L’île et son “savoir-vivre”

Ile de Fadiouth

Chaque quartier de l’île comporte une place, la place du palabre. C’est un lieu couvert où se réunissent « les sages du village » pour discuter de leurs expériences, échanger avec la jeunesse. Mais aussi prendre des décisions importantes, régler des conflits concernant le village.Pont en bois

Pour rassembler le village ou informer les villageois, il existe « le tam-tam téléphone ». Chaque rythme joué a une signification particulière qui annonce une réunion, un décès, une naissance, un incendie…

Sur l’île il y a un petit dispensaire ; pour les urgences l’hôpital le plus proche se situe à M’Bour, à au moins 1h de voiture.

L’île est à 50% scolarisée. L’école se situe à Joal ; il faut savoir que l’école au Sénégal coûte 100 000 FCFA (150euros) pour un enfant pour une année. Le salaire moyen au Sénégal étant de 80 euros par mois…

LaurieAu-delà de cette précarité, l’île de Fadiouth est à mes yeux un exemple au Sénégal.

Un peuple, deux religions qui naissent, vivent en paix ensemble jusque dans l’au-delà.

Merci à Laurie, pour ce post depuis le Sénégal !

Informations pratiquesFadiouth - Dakar

  • Joal-Fadiouth est une commune du Sénégal située à l’extrémité de la Petite-Côte, à 120 km au sud-est de Dakar (3h de voiture) .
  • la visite de l’île se fait obligatoirement en passant par le Syndicat d’initiative de Joal-Fadiouth qui propose différents types de visites par des guides professionnels
  • Joal, est le village du littoral, point de départ de la visite ; également le lieu de naissance du poète Léopold Sédar Senghor (1906) et premier président de la République du Sénégal.

Dakar Joal - Fadiouth

image_pdfimage_print
Article précédent Article suivant
    • Didier
    • 30 novembre 2019
    Répondre

    Merci Laurie pour ce reportage très instructif. Le vivre ensemble est la règle de cette communauté…un exemple sociétal !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 novembre 2019
      Répondre

      Le vivre ensemble est l’affaire de tous mais compris par peu de personnes… Un exemple à Fadioudh 🙂

    • Solène
    • 30 novembre 2019
    Répondre

    Merci laurie !! Article intéressant !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 novembre 2019
      Répondre

      Oui, je ne connaissais pas cette île, donc la connaissance est à travers cet article.

        • laurie
        • 1 décembre 2019
        Répondre

        Merci pour vos commentaires. J ai appris que cet exemple de vivre ensemble est dans beaucoup d autres régions du Sénégal. Cela fera sans doute l objet d un nouvel article, inch Allah !

    • PRADAL Laetitia
    • 30 novembre 2019
    Répondre

    Merci Laurie pour ce partage…
    Quelle richesse sur notre petite planète avec ce paradoxe social…
    Ça fait réfléchir et se remettre en question….
    “Il est où le bonheur, il est où….” il est partout!!!
    Merci pour ce partage

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 novembre 2019
      Répondre

      Tu as raison Laetitia… cela fait réfléchir au bonheur et à son accès et sa réalisation 😉

    • Tressy
    • 30 novembre 2019
    Répondre

    MAGNIFIQUE !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 novembre 2019
      Répondre

      Bien résumé ! 😉

    • EUGÉNIE
    • 30 novembre 2019
    Répondre

    Très beau reportage, ça donne envie

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 novembre 2019
      Répondre

      En effet, et la tolérance entre deux communautés différentes est un bel exemple pour nous aujourd’hui.
      A bientôt

    • Jacqueline
    • 1 décembre 2019
    Répondre

    Très bel article Laury. Avec des photos qui donnent envie de profiter de ces instants paisibles. Ce qui m’a le plus touché est la vie en communauté, ce que nous ne savons pas faire. Je suis heureuse de voir que cela existe encore sur Terre. Bravo pour l’article.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 1 décembre 2019
      Répondre

      C’est vrai, Laurie a su nous emmener dans ce voyage, hors du commun.
      Bravo à elle pour ce partage depuis le Sénégal.

    • Maëlle
    • 1 décembre 2019
    Répondre

    Bel article Laurie !
    Ça me rappelle une plage sur la côte Ouest de l’Australie la “Shelly beach” qui était constituée à 100% de petits coquillages.
    As-tu goûté tous les plats savoureux que tu nous décris ?
    Bisous

      • laurie
      • 1 décembre 2019
      Répondre

      Maëlle je commence a en connaitre quelques-uns. Encore une fois le Senégal regroupe plusieurs ethnies, il y aussi des expatriés de beaucoup de pays d’Afrique de l ouest et centrale, ce qui diversifie encore plus les différents plats à déguster…

    • Nickie
    • 4 décembre 2019
    Répondre

    De la description de cette île se dégage une certaine quiétude, une paix qui me rappelle notre quartier de Tartane, peut-être parce que c’est aussi un village de pécheurs. J’espère Laurie, que tu as eu l’occasion de visiter Tartane.
    Cela me donne envie d’aller voir mais aussi d’aller entendre le bruit que fait ces miettes de coquillages sous mes pas, ce doit être très particulier.
    Merci petite sœur.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 4 décembre 2019
      Répondre

      Toi aussi Nikie, tu nous emmènes en voyage… ses mots poétiques partagent la sérénité et tranquillité de ces petits villages épargnés part les assauts urbains.
      Je laisse répondre Laurie pour Tartane, mais je pense que oui… 😉
      Merci à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *