Place Emile Berlan Lamentin

Lamentin, quand les souvenirs affluent…

Balade au bourg du Lamentin

Place Lamentin

Le Lamentin : une commune marquée par le temps… par sa propre histoire, par ces hommes et ces femmes qui l’ont construite.

Des détails repérés lors d’une visite au bourg du Lamentin avec Daniel et Sébastien. Souvent d’une époque révolue, ces détails restent immanents par leur dimension encore ‘palpable’.

Les escaliers de la mairie, un mystère…

Un prénom ? un nom ? un sigle ? Daniel nous montre, sur la 1ère marche de l’escalier, des lettres assemblées pour former un mot, mais lequel ? L’ancienne mairie a été construite en 1935… depuis « l’eau a coulé », mais l’« écrit dans le marbre » est resté !

Marche mairie Lamentin

L’église Saint Laurent, un monument imposant unique

eglise saint laurent

Elle serait la seule église du territoire à être ornée d’une croix de templiers (symbole universel et préchrétien) alors qu’elle renferme des vitraux protégés sur l’inventaire national, portant la signature des artisans d’art Dagran et Maumejean.

Croix templier eglise lamentin

 

Misericorde

L’ oratoire ou statue de la Miséricorde (1938) a été édifié par Monseigneur Soubie, (curé de la paroisse en 1931).

A l’angle d’une rue, elle est toujours décorée de fleurs pour les fêtes chrétiennes. 

La maison bleue et le cinéma : plaisirs des yeux !

Face à l’église, on ne la loupe pas ! Car elle a le plus grand nombre de fenêtres de toute la ville !  Elle est une des plus anciennes maisons du Lamentin, datant du 19ème siècle ; Ancien commerce des années 30, épargnée par l’incendie de 1940, cette immense maison est aujourd’hui en vente.

Fenetres maison lamentin

Tatie me raconte comment la foule s’approvisionnait en ce lieu (tissus, sacs, nappes… et autres trousseaux pour la maison). Et me rajoute ” autrefois, le crédit était à la semaine ou au mois ; la gérante parcourait, en fin d’année, les campagnes du Lamentin pour récupérer les prêts. Le jour de l’inventaire, en effet, il fallait comptabiliser l’ensemble des gains… et pas question de « laisser l’argent dehors » !

Maison typique bourg du Lamentin

Plus « haut » dans la rue, le cinéma « el Paraiso » que Tati et Mamie fréquentaient régulièrement le dimanche : elles avaient une carte (image de Greta Garbo) qui était un pass pour 5 personnes : de quoi retourner à la séance suivante avec d’autres copines !

Une signature pour un embellissement

Signature LamentinChaque entrepreneur avait à cœur de laisser une marque, un savoir-faire sur les murs ou les façades des boutiques ou maisons.

Passant inaperçus pour la plupart, ces détails signaient pourtant l’originalité du travail du siècle dernier.

Repérez cet embellissement de porte, qui en fait une signature !

Fer forgé, dis-nous qui es-tu ?

Torsades Lamentin

Ce travail exécuté par l’artisan était signe ostentatoire, faisant état d’un certain statut social.

Torsadée, travaillée, remaniée… la balustrade se faisait belle pour le promeneur.

A n’en pas douter, que le jour du défilé du carnaval, il jouait son rôle « déguisé » car nombre de lamentinois regardaient le spectacle depuis leur loggia.

Une triste plaque commémorative Repression Lamentin

Ayant habité deux années dans la rue Saint-Omer, je passais régulièrement devant la plaque commémorative et lisais trois identités effacées de notre monde.

Tragique « épisode de l’histoire du mouvement ouvrier » que Mamie se remémore péniblement… alors qu’elle était infirmière de garde à l’hôpital du Lamentin ce jour-là, elle recevait les 24 blessés du cortège… on en parlera une autre fois Carolle. Bien sûr Mamie, la douleur n’a pas de mots.

Marché couvert et ses souvenirs dansés

DanmyéDu 19ème siècle, le marché était un haut lieu du danmyé ; défis d’une ronde humaine et bagarres sans merci, les majors combattaient jusqu’au crépuscule à l’appel des « tambouyers ».

Tati renchérit : “le samedi Gloria recevait le spectacle, alors que les marchandes regroupaient leur étal au centre“. Parfois simulé, parfois mortel… un pas de lutte immortalisé par le crieur qui haranguait les combattants et la foule.

Horloge du marche lamentin

 

L’ horloge du marché, quant à elle, a marqué les coups… sans broncher ! car rarement réparée, d’après Daniel ! 😉

Pave Lamentin

 

 

A proximité une rue pavée…

« Labeur a été le mot de ces temps anciens où militaires mais aussi femmes et enfants portaient sur leur tête, les pierres destinées à l’empavement » me murmure mon amie Nikie.

Fresque murale d’aujourd’hui 

Fresque college Lamentin

La parole s’invite au collège : message de qualités morales et de combats universels d’actualité.

L’éducation est ce temps d’apprentissage pour ériger les valeurs fondamentales de l’Homme…

familyevasion bateau croisiere

Merci à Tati et Mamie qui ont complété les touches manquantes de notre ballade, telles des musiciennes améliorant la partition !

Elles vous recommandent d’ailleurs une autre ballade sur le canal du calebassier.

Article précédent Article suivant
    • Didier
    • 9 novembre 2018
    Répondre

    Très belle fresque mémoriale où les souvenirs de Mamie et Tati se mêlent aux pas du quotidien…

      • L'équipe de Family Evasion
      • 9 novembre 2018
      Répondre

      oui… leurs souvenirs, par leur vécu lamentinois, enrichissent véritablement la balade présente.

    • Martine
    • 9 novembre 2018
    Répondre

    Merci de me faire visiter le Lamentin à travers tes écrits 👍

      • L'équipe de Family Evasion
      • 9 novembre 2018
      Répondre

      Génial Martine! si cela est l’équivalent d’un voyage ! 😉

    • Hardorock Nicole
    • 9 novembre 2018
    Répondre

    L’amie est exigeante, elle réclame quelques informations sur l’hôpital avec ces pavillons d’époque.
    Je me suis tout de même bien baladée dans les rues du bourg grâce à ton récit. C’est un beau voyage. Merci.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 9 novembre 2018
      Répondre

      L’exigence amène la durée… d’accord, je demanderai à Mamie les informations de l’époque concernant les pavillons de l’hôpital.. même si j’ai connu à mon arrivée la salle commune avec 60 lits… que veux-tu savoir plus exactement, petite soeur ? 😉

    • Laetitia
    • 11 novembre 2018
    Répondre

    C’est vraiment une évasion, merci pour ce voyage dans ma propre commune…

      • L'équipe de Family Evasion
      • 11 novembre 2018
      Répondre

      Merci à toi Laetitia ! des moments d’Antan… partagés au gré d’une ballade.

    • SARAH
    • 12 novembre 2018
    Répondre

    Je passe dans les rues du Lamentin et j’avoue ne plus prêter attention à l’architecture. Merci de valoriser notre patrimoine…

      • L'équipe de Family Evasion
      • 12 novembre 2018
      Répondre

      Remerciements pour toi Sarah ! Le regard porté vers nos murs nous apprend et enrichit le Présent… Et tu sais très bien le faire, je n’en doute pas. a bientôt

    • Sébastien
    • 13 novembre 2018
    Répondre

    Superbe article, faisant parler les bâtisses et vestiges du Lamentin.

    Je me suis baladé une 2e fois avec toi en le lisant.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 13 novembre 2018
      Répondre

      Merci Sébastien ! Nous étions bien guidé par Daniel qui nous a partagé son savoir sur la commune… Et les souvenirs d’Antan sont remontés avec le témoignage de Tati et Mamie.

    • Tatie Monik
    • 14 novembre 2018
    Répondre

    Très bel article

      • L'équipe de Family Evasion
      • 14 novembre 2018
      Répondre

      Merci pour les encouragements !

    • Jacqueline
    • 18 novembre 2018
    Répondre

    Très bel article. Il y a un monsieur qui me racontait ses bons moments quand il se rendait au cinéma enfant avec ses amis. C’est de là que j’ai su que cela existait au Lamentin.
    Merci pour la photo.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 18 novembre 2018
      Répondre

      oui ! J’ai eu la chance d’y aller une seule fois, avant sa destruction… des salles comme on les aime avec une âme de cinéphile ! Merci Jacqueline pour ce témoignage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *