Peau cabri tendue

Tanbouyé et bèlè, inséparable héritage

Etre tanbouyé, un savoir-faire ancestral

Jupiter Jean-charles, tanbouye

« Être tanbouyé (ou joueur de tambour) est souvent la maitrise d’un art de génération en génération », me confirme Jean-Charles Jupiter, « même si l’apprentissage est possible en dehors de parents musiciens ».

L’oralité a alors une importance cruciale pour comprendre l’usage du tambour et approcher la technique des différentes sonorités ; Jouer de l’instrument exige de nombreuses qualités dont l’humilité et la solidarité, rejoignant un art de vivre.

Les Anciens sont détenteurs de cette tradition, qu’ils partagent par une transmission verbale et un comportement exemplaire qui feront d’eux de véritables « maîtres tanbouyés ».

Maitre bele

 Différents tambours pour un même but

Ka, tambour guadeloupeen

Les modèles diffèrent selon le choix du musicien : Dédé Saint-Prix affectionne particulièrement le Chouval Bwa (musique avec un tambour de style guadeloupéen), donnant une sonorité indissociable de la danse et du chant.

TanbouyeQuel que soit le tambour (ka, bèlè), l’idée – à l’origine – était de communiquer entre les Neg Marrons ou les noirs captifs pour exprimer lutte et souffrance mais aussi pour accompagner les tâches à accomplir dans les champs (culture de manioc…).

Héritage des côtes africaines, le fort symbole musical n’a aucunement disparu, malgré les diverses tentatives pour éradiquer cette forme de révolte et de résistance.

Sons et danse bèlè

Danseurs bele

Différents dans leur conception, Jean-Charles reconnaît pourtant que les sonorités des tambours se rejoignent. Sons toniques, basses, grooves, aigus ou boulas… d’ailleurs peu importe, le tanbouyé sera à la recherche d’une symbiose, du « diapason » qui portera la danseuse de bèlè vers l’apogée de son art.

danseuse bele

Une communion indicible où les partenaires du groupe (chantè, répondè, bwatè, dansè) racontent une histoire, un événement… selon un rythme choisi ; le plus souvent c’est la danseuse qui « passe commande et impulse les phrasés » au tanbouyé.

Il s’agit alors de traduire les expressions, les sentiments, les émotions d’un langage physique. Au-delà d’un son, la virtuosité s’inscrit par l’improvisation de l’instant.

chanteurs bele

Fabrication d’un tambour bèlè

Assemblage douellesPeau mouillée tanbouye

Le travail d’expert est appelé « facteur de tambour d’instrument à peau ».

Aujourd’hui la peau de cabri a tendance à remplacer celle du mouton ; pour être malléable, elle est immergée dans l’eau pendant 20 min, elle sera ensuite tendue sur  la caisse de résonance (assemblage de douelles (ou lattes) d’un fût rabotées, biseautées). Le trempage dure 6 à 12 heures. Les fûts utilisés (rhum ou whisky), de 10 ans d’âge, proviennent des distilleries voisines. Le cercle de tête permet l’assemblage et la couronne fera effet de presse.

Couronne tambour

Tirants tambour

Manuellement il faut tirer la peau et visser des tirants (provisoires); l’ensemble se finalisera grâce à une chaufferette pour évaporer le restant d’humidité de la peau et donner le « ventru » souhaité à l’instrument. Plus il est large, plus les sons sont graves.

Un tambour se construit en 3 jours ; sa taille peut différer selon la corpulence du joueur. Pièce unique, il accompagnera le plus souvent le musicien à vie, après quelques serrages des cercles nécessaires.

Cérémonie de “mèt bèlè”

Victor Trefle Tanbouye chante

Julien Saban

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison du bèlè à Sainte-Marie a organisé une cérémonie d’intronisation de « maîtres bèlè » le samedi 30 mars. Victor Trèfle et Julien Saban rejoignaient alors le cercle très fermé de l’élite des « trésors vivants ».

Une charte signée honorait ceux qui oeuvrent pour la transmission de l’expertise bèlè. L’excellence, la maîtrise d’un art ainsi que sa créativité, une contribution reconnue pour des « gardiens d’un savoir-faire », qui tissent un lien entre le passé et le présent, par une compétence pédagogique auprès des plus jeunes.

Maitres bele

L’idée est de préserver un patrimoine culturel riche en Histoire en animant une mémoire collective, définissant des valeurs de respect et une “manniè viv”.

Se rendre à la maison du bèlè

  • Sur les hauteurs de Sainte-Marie
  • Adresse : la Reculée, Espace Zéphir, 97230 Sainte Marie (en allant vers le Nord Atlantique, avant de sortir de la commune, prendre à gauche après le stade, monter sur 5 km, rond-point 1ère à droite puis à gauche 10m)
  • Atelier de tambour (à droite de la maison du bèlè)
  • Tel. : 0596 69 50 50

Remerciements à Mr Jupiter Jean-Charles, pour la validation du texte.

image_pdfimage_print
Article précédent Article suivant
    • Mercatour
    • 3 avril 2019
    Répondre

    Ton article est instructif tant sur le plan, de la fabrication du tambour (peau de cabri avec 20 minutes dans l’eau), que sur le plan de la transmission de la mémoire des chants et des danses.

    Le lien entre les générations parait évident. Les maitres tambours perpertuent la mémoire du chant, comme ciment collectif contre la douleur, la souffrance, l’isolement.

    Ne sont-ce pas les mots clés actuels concernant nos parents, notre inter-générationnel et nos sociétés actuelles ?

    Merci pour l’article, Carolle.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 3 avril 2019
      Répondre

      Il est vrai que le bèlè qu’il soit tambour, soirée, danse… est un temps fort portant la tradition aux rythmes de sons choisis ; l’histoire et la musique sont alors ces véhicules intriqués qui permettent le tissage entre le passé.. le présent… et le futur.
      Merci pour ton retour apprécié.

    • Jacqueline
    • 4 avril 2019
    Répondre

    Merci pour toutes ces informations dont la fabrication du tambour.
    Je n’imaginais pas du tout que l’une des bases provenait de la peau de cabri.
    Encore merci.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 4 avril 2019
      Répondre

      Il est vrai que Jean-Charles a partagé beaucoup de son savoir sur la fabrication du tambour, lui qui est tanbouyé mais aussi constructeur de l’instrument. Une découverte à part entière pour un métier… en voie de disparition ! Merci à toi !

    • Gisèle
    • 5 avril 2019
    Répondre

    Article vraiment complet et instructif ! Bravo !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 5 avril 2019
      Répondre

      Merci ! cela encourage… Les circonstances m’ont accordé l’opportunité d’assister à la cérémonie de “mèt bèlè”, un instant haut en émotion et complémentaire de l’interview de Jean-Charles.

    • Béatrice
    • 5 avril 2019
    Répondre

    Merci Carolle pour cet article très riche. J’ai tout appris du tambour ! C’est une richesse qui mériterait d’être mieux valorisée en Martinique, même si je dois reconnaître que depuis quelques temps il y a de de plus en plus de groupes de bèlè

      • L'équipe de Family Evasion
      • 5 avril 2019
      Répondre

      Oui le bèlè trouve de nouveaux repères au sein du terroir… Mais me précisait Jean-Charles, n’est pas tanbouyé qui veut… comme toute maîtrise d’un art : apprentissage, répétition mais aussi un certain talent sont nécessaire. A bientôt !

    • Granier
    • 5 avril 2019
    Répondre

    Et donc à quand les concerts de bele au Lamentin 😊

      • L'équipe de Family Evasion
      • 6 avril 2019
      Répondre

      Je dois me renseigner pour le Lamentin, la clarinette y est joué au centre culturel pour la fête annuelle, mais il est vrai que le berceau du bèlè c’est la commune de Sainte-Marie.

    • Monique
    • 6 avril 2019
    Répondre

    Bel article. Bisous

      • L'équipe de Family Evasion
      • 6 avril 2019
      Répondre

      Merci à toi !

    • Emmanuelle
    • 6 avril 2019
    Répondre

    Très bel article 👍🏽
    Bises

      • L'équipe de Family Evasion
      • 6 avril 2019
      Répondre

      Merci pour ce bel avis ! A bientôt !

    • courgette
    • 6 avril 2019
    Répondre

    Très bel article sur le patrimoine martiniquais !!!

      • L'équipe de Family Evasion
      • 6 avril 2019
      Répondre

      Merci Courgette ! Tu vas certainement apprécié le prochain article… au regard de ton pseudo ! 😉

  1. Pingback: K’ Tam Perkisyon, une mémoire de 20 ans déjà ! - Family Evasion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *