Alveoles

L’ abeille et le miel… une rosée céleste !

Histoire d’ abeille et de fécondation

Abeille et ruche

Le couvain, comprenant les nymphes, les larves et les œufs, est protégé par les abeilles ouvrières. La larve devient alors une nymphe pour donner l’imago, abeille proprement dite.

Un ovule non fécondé, donnera un faux – bourdon (un mâle), alors que la fécondation donnera une abeille ouvrière ou une reine. Alors que celle-ci est unique, 40 à 60 000 individus au pic de la saison vivent au sein d’une ruche.

Une abeille vivra en moyenne 45 jours, 3 semaines dans la ruche, ensuite assumera sa mission de « butineuse ».

Naissance d’une reine Butineuses

Le jour d’éclosion différencie la reine (16 jours), de l’ouvrière (21 jours), du bourdon (24 jours), alors qu’à l’œil nu la reine se remarque par son long abdomen qui contient les spermatozoïdes de tous les mâles avec lesquels elle s’est accouplée.

Toutes les larves seront nourries à la gelée royale. Après trois jours, seule celle choisie par les abeilles nourrices, donc celle qui deviendra reine, se nourrira de gelée royale alors que les ouvrières auront une alimentation à base de miel et de pollen. Donc aucune génétique dans ce processus millénaire !

Les larves de mâles sont nourries d’office au régime miel et pollen.

Péril en la demeure !

Autrefois, les ruches s’installaient dans les vieux troncs ou autres éléments des champs. L’essaimage était naturel, fort de leurs 100 millions d’années sur la terre (l’homme en ayant que 5 !), une division s’opérait si l’habitat devenait trop exigu. Alors la reine pouvait partir avec 70 % de la colonie…

L’homme, utilisant une agriculture à outrance, avec un modèle industriel, souvent en monoculture, associé à des produits chimiques, a détruit en 20 ans 70 % de la biomasse des insectes. Ainsi le manque de diversité végétal (mono-flore) appauvrit la nourriture des abeilles.

Ancienne ruche - abeille

Vie de l’hyménoptère

Ruche de l' abeilleL’abeille est programmée pour une vie de 800 km, ce qui représente 5 à 20 trajets par jour. En fait la fréquence de voyages dépend de la facilité de la récolte et de la proximité des fleurs.

L’éloignement de son nid est au maximum un rayon de 3 km. Soit une surface de 2 700 hectares !

Elles sont gardiennes, butineuses, porteuse d’eau et éclaireuses.

Puis, l’épuisement aura raison de l’insecte avec la perte de ses ailes…

La main de l’homme

La vulgarisation de la fabrication du miel grâce à l’homme se fait depuis 1950. Alors que les 1ères ruches sont de 1850 (modèle Langstroth), l’agriculteur puis l’apiculteur a fabriqué des ruches afin de visiter les colonies et ainsi y apporter un contrôle sanitaire.

Aussi un regard expert sur la reine permet de connaître sa valeur, et l’hygiène qui en découle : une bonne reine nettoie correctement sa ruche !

Enfin le rôle de l’homme est de faire des essaimages artificiels en divisant équitablement (par 2) les colonies.

5 produits de l’ abeille butineuse

Abeille onze ecluses

  • La cire qui provient d’une sécrétion glandulaire et permet la formation du nid et la ponte de la reine
  • Le miel, sucré, à base de fructose et glucose, apportant l’énergie à la colonie
  • Le pollen, source de protéines, riche en acides essentiels
  • La gelée royale, nourriture des jeunes larves, et de la reine toute sa vie, source d’oligoéléments et de vitamines
  • Enfin le propolis, une résine.

Travail d’ une abeille dans sa ruche

Feuille de cire

Hausse et modele ruche15 kg de miel sont nécessaire à une abeille pour passer l’hiver ; celle-ci ne régulant pas la formation du nectar, 25 kg peuvent être stockés par l’insecte, ressemblant plus au travail de la fourmi qu’à la cigale !

 

Aussi les hausses (extension de la ruche, par étages successifs) permettent de prélever le miel, après que l’ abeille ait étiré la cire sur la feuille pré-imprégnée avec le dessin de la cellule de la ruche.

Puis la récolte débute au printemps.

Fabrication du miel

Fabrication miel

Après avoir désenfumer la ruche, les cadres remplis de miel seront désoperculés par une machine appropriée.

Le miel sera extrait grâce à une centrifugeuse, filtré puis décanté (quelques jours à quelques plusieurs mois selon la vitesse de cristallisation).

Miel

Enfin l’étape de stockage dans une cave à 10/14°.

Selon l’environnement floral, un miel des forêts, de sarrasin ou de bruyère, sera l’élu de la colonie. Il est mono-floral à partir de 80 % d’une même fleur, sachant que dans notre région, le trèfle, la ronce et le châtaigner sont prédominants.

Bonne dégustation !

Interview de Mr Pelluau, apiculteur à Hédé-Bazouges, aux « onze écluses ». Autre article à découvrir de cette même commune “l’infusion” dans tous ces états !

image_pdfimage_print
Article précédent Article suivant
    • Clo
    • 17 septembre 2019
    Répondre

    Merci pour ce partage Carole et bravo. Tu as gouté le miel de Sarrasin?

      • L'équipe de Family Evasion
      • 17 septembre 2019
      Répondre

      Pas encore ! Mais c’est une adresse dans mon agenda… Par contre de plus en plus je cuisine avec farine de sarrasin, manioc, fruit à pain… tout cela sans gluten. Et je connais gâteau et pain au sarrasin, qui est une plante biologique par excellence.
      A bientôt

    • Françoise
    • 17 septembre 2019
    Répondre

    Merci pour ce bel article.
    Bisous et bravo pour prix ONF du précédent article !

      • L'équipe de Family Evasion
      • 17 septembre 2019
      Répondre

      Yes ! Plaisir d’avoir de tes nouvelles !
      Bisous

    • Didier
    • 17 septembre 2019
    Répondre

    Le miel, nectar des dieux, fait des miracles pour notre santé…surtout celle du petit déjeuner avec de crêpes de froment…😋

      • L'équipe de Family Evasion
      • 17 septembre 2019
      Répondre

      Tu n’aurais pas une âme de breton ? 😉

    • Mylene
    • 18 septembre 2019
    Répondre

    Tu nous en ramèneras !
    C’ est fascinant.
    Merci pour cet article fort instructif.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 18 septembre 2019
      Répondre

      D’accord, commande notée ! lol

    • PRADAL Laetitia
    • 19 septembre 2019
    Répondre

    Passionnant!!!
    Moi qui les aime de plus en plus, ça me conforte dans l’urgence de les préserver.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 19 septembre 2019
      Répondre

      Elles ont une vie depuis des millénaires qui ne change pas … hormis le danger de l’Homme qui la fragilise.
      Pourtant ces abeilles nous octroient tant de richesses naturelles…
      Merci à toi !

    • Jacqueline
    • 22 septembre 2019
    Répondre

    Très bel article. Effectivement pour les gourmands de family évasion. 😁
    Il ne faut pas en abuser.
    Merci.

      • L'équipe de Family Evasion
      • 22 septembre 2019
      Répondre

      Hum… à ce que je sais, la gourmandise n’est pas ton joli défaut ! lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *