Peinture - Gaspard Yolande

Gaspard Yolande, l’Infini-aimant petit…

Gaspard Yolande, l’art des liens

Festina Lente... mais surement - Acrylique sur toileLe travail de l’artiste plasticienne Gaspard Yolande s’inscrit de l’infini-ment petit à l’infini-aimant grand… à moins que ce soit l’inverse. Peu importe, l’Homme est au centre de sa recherche avec ses racines, profondes traverses, qui l’équilibrent.

D’ailleurs un hymne à l’espoir, où les couleurs jaillissent du Vivant, se devine entre les fils tissés de la toile.

L’histoire est alors ancrée dans des œuvres mémorielles où l’ombre des séparations, des ruptures… émerge en contenant les chaînes du passé.

Pour cette femme qui déteste les scissions, la quête des liens se vit tel qu’elle donne le titre à chaque œuvre. Ainsi sera l’expression d’une volonté intérieure où le chemin pose « des strates sur un passé pour écrire l’avenir ».

Liens - Gaspard Yolande

Et la peinture alors ?

Un choix tardif pour cette autodidacte, car à la différence du dessin, ne s’efface pas…

Ainsi papier kraft, argile mais aussi bois seront les matériaux peints, accolés et sublimés par la création.

La pluie est rouge comme vague à lame de fond - collage argile sculptée et fil rouge sur toile

D’abord les lettres…

Peu de règles pour cette artiste passionnée qui ouvrent les détails sur le plus Grand.

Et des questions « sans fin » pour des réponses, oserai-je écrire, « avec faim ».

Texte - Gaspard Yolande

Toile - Drapeau LBGT - Gaspard YolandeSi les jeux de mots, qu’affectionnent l’artiste, se jettent dans la danse des maux, Yolande clame avec puissance ses textes écrits.

A l’aise avec la joute verbale, elle cherche une alliance avec le public… qui se reconnait dans son combat.

Féministe et bien d’autres…

Cet amour des lettres remonte à des lustres, pour garder la notion de l’intemporel. C’est ainsi qu’elle a obéi à son instinct dicté par une vision qui la projetait déjà artiste. A 9 ans, le « miroir de la vie » lui traçait déjà un avenir d’arts…

Portraits de famille à la mémoire trouéeL’écriture était alors son fer de lance, qu’elle rangea discrètement pour aborder à 30 ans la peinture.

Mais pas n’importe laquelle… celle qu’elle ne voit pas dans les musées contemporains.

Comme une promesse donnée à l’enfant qu’elle « était et restera », elle dessine ainsi – tel un témoin doubout – ce tableau généalogique « Portraits de famille à la mémoire trouée ».

Entre mère et grands-parents, les fils de l’existence

Sa mère lui montra le chemin de la différence et la richesse de croire « ce que l’on nait… » en « ce que l’on est ».

Sinuosité - boisTout autant comme sa grand-mère, couturière, qui lui confiait alors des bobines de fil à démêler. Une mission toute ardue pour cette enfant qui – à force de patience – se concentrait sur la tâche de l’infiniment petit.

Sans doute se dessinaient alors les futurs liens de l’existence pour des nœuds à résoudre.

Art des liens

Son grand-père (qu’elle n’a pas connu), lui laissa, en tant qu’ébéniste, les arabesques des meubles de son enfance.

Elle en connaissait, à force, chaque sinuosité.

Cela explique-t-il l’orientation de l’artiste ?

A peindre des liens tangibles vers ses ancêtres ou plus ouvertement vers l’humain qu’elle chérit tant.

Commerce triangulaireDes fils commués en racines pour un voyage intérieur au-delà de frontières qui deviennent, sur la toile, infinitésimales.

Ainsi sa soif à « retrouver » Julie, née en 1795… cette femme aïeule, originaire d’Afrique, à qui elle rendra hommage dans une prochaine exposition.

Une artiste à multiples faces

Travail sur bois - Gaspard YolandeLe travail sur bois commence avant le collège et se concrétise avec l’achat d’une scie en 5ème… rue Général de Gaulle !

De petites figurines étaient alors vendues dans le magasin de sa tante.

Une autre époque… une autre scie pour un travail aujourd’hui de bois chantourné. Courbes et contre-courbes définiront alors le message sans « langue de bois ».

Ensuite la note picturale orchestrera un tableau, une boite ou un autre contour, comme une note de musique finale.

Boite peinte

Cette musique se clame aussi depuis son piano, elle qui accompagne des slameurs pour un plaisir simple de partage.

Même si le salon ne se fait plus à Fort-de-France, la commune du Carbet, depuis 2014, reçoit les sons enjoués et improvisés.

Les vers et la musique se déclinent alors au diapason d’un crédo. Celui qui enrichit une partition où peinture, poésie et piano colorent – en art majeur – la vérité intime et in time d’une artiste qui a su « planter ses crayons dans les racines de la liberté ».

J'ai planté mes crayons dans les racines de la liberté

Des chapitres pour des œuvres infinies

A la question habituelle des séries en arts plastiques, Yolande répond par son besoin de fil conducteur qui s’inscrit dans toute sa démarche personnelle.

Donc pas de travail en séries … pour cette artiste qui cherche par le linéaire justement, le sens de sa réalité.

     Comme elle aime le dire, ses œuvres sont pluridisciplinaires, où le texte, la musique et la peinture s’entremêlent pour répondre à une originalité poétique.

La lecture d’une seule voix, forte, pour des émotions unies par la transversalité. Pas de points … juste une ligne de vie.

Fiche pratique Gaspard Yolande

Galerie d’art en ligne : https://www.yolandegaspard.com

Facebook : https://m.facebook.com/Yolande-GASPARD-131777014674/posts

Piano : https://soundcloud.com/yolande-gaspard-artiste-peintre

Piano

image_pdfimage_print
Article précédent Article suivant
    • Pascale
    • 30 juillet 2022
    Répondre

    👍🏽👍🏽

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 juillet 2022
      Répondre

      Tip top Pascale !

    • Armelle
    • 30 juillet 2022
    Répondre

    Merci 🙏🏾

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 juillet 2022
      Répondre

      De rien Armelle… je connais ton “côté artistique”… A bientôt 😉

    • Raymond
    • 30 juillet 2022
    Répondre

    Des fils qui lient notre passé, notre présent et notre futur personnel en s’accrochant aux fils des autres nous prouvent que nous sommes de la même “bobine” et nous appellent à clamer notre appartenance à la même communauté de différence de la paix….
    Bon cheminement à l’artiste…

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 juillet 2022
      Répondre

      En effet Raymond, un joli combat mais âpre que celui de Yolande pour la vérité d’existence de tout un chacun, dans la force des racines.
      Des oeuvres magnifiques pour retracer des liens informels mais salvateurs…
      Belle route à toi.

    • Teddy
    • 30 juillet 2022
    Répondre

    Mercii et bon week-end Carolle

      • L'équipe de Family Evasion
      • 30 juillet 2022
      Répondre

      Egalement Teddy … à bientôt !

    • Nicky
    • 1 août 2022
    Répondre

    👏👏👏 c’est très beau avec des couleurs chatoyantes, tous ces fils qui ne s’emmêlent jamais mais qui démêlent l’esprit ….
    Toujours de nouvelles découvertes, merci petite sœur 💐

      • L'équipe de Family Evasion
      • 1 août 2022
      Répondre

      Merci pour l’artiste !
      C’est réellement beau ce travail de création et une recherche profonde et sincère derrière chaque trait ou chaque fil… et chaque pas.
      Belle journée à toi.

    • Danielle
    • 3 août 2022
    Répondre

    MERCI +++

      • L'équipe de Family Evasion
      • 3 août 2022
      Répondre

      Super si cela t’ plu Danielle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.