1

Watabwi, le rendez-vous des souffleurs de conques marines

Watabwi, regroupement musical de passionnés

Jean-pierre Leandre de Watabwi

Watabwi, en rappel au mot amérindien pour désigner le superbe coquillage, est le nom du groupe de konkist (joueurs de conques) au sein de l’association « laboratoire d’archivage de l’oralité ». Après de âpres discussions, ce nom est enfin retenu, issu alors du langage des Hommes premiers du territoire.

Conques de lambi

Un hommage à la source… Et avec 2 « w », s’il vous plaît, ralliant la consonance douce et chaloupée de la langue créole.

 

Sous l’égide de Thierry L’Étang (anthropologue) et Serge Domi (sociologue), Jean et Henri Pierre-Léandre (deux frères parmi les autres membres fondateurs du « laboratoire d’archivage de l’oralité ») ont été « happés » par le souffle et la recherche pour le façonnement des conques de lambi et autres strombes marins… devenus alors une véritable passion !

Un travail acharné s’ensuit « et non empirique » rajoute Jean, pour m’informer de la minutie de la tâche.

Eric Hillion les rejoint en 2017, après avoir été formé dans le groupe d’initiation au souffle de conque ; celui-ci se tient toujours au BÒDMÈ de Foyal tous les mercredi.

Groupe Watabwi

La désignation du groupe par le nom Watabwi se fait en 2000 alors qu’ils commencent à travailler avec leur référent Mr Pierre-Louis Delbois.

Eric Hillion et Henri Leandre

Pour ces défenseurs de Mémoire, plus que de simples notes, les « traces sonores » s’inscrivent dans « l’émanation d’un principe divin qui habite les consciences ».

Parti-pris de la vie

WatabwiCes mots sont d’ailleurs répertoriés dans un CD patrimonial, remarquable livre musical des plus touchants. Car la conque sonne majestueusement… et (r)appelle le Martiniquais, qui reconnait dans le son familier, la profonde solennité qui en découle.

Ainsi les codes rythmiques sont bien ancrés dans ce patrimoine musical mais aussi dans les actes quotidiens. Bien sûr, on connait l’appel des défunts, l’arrivée des pêcheurs ou le coup de senne mais aussi un signal « gagnant » pour des yoleurs affutés !

« Instrument appelant au rassemblement et symbolisant le parti-pris de la vie » … et quelle vie, dirai-je ! Puisque ce support, avec son émail étincelant, est au centre de combats et de résistances qui jalonnent un long chemin « pavé » d’hier à aujourd’hui.

Ombre et conque

Archivage patrimonial de l’oralité

Le milieu associatif avait rappelé Jean au peyi alors qu’il était animateur de Radio Mango à Paris. Ainsi en 1996, l’aventure débute alors qu’il devait former des animateurs de radios libres.

conques marinesPendant 10 années, ce musicien émérite a arpenté le territoire pour recueillir les propos rapportés sur les différents évènements livresques, les débats littéraires ou autres rencontres valorisant l’érudition martiniquaise.

Les multiples enregistrements ont alimenté alors le « laboratoire d’archivage de l’oralité » (L.A.O) et ont garanti une pérennité de la tradition.

Watabwi, section « conque de lambi » du L.A.O, porte alors une pierre à l’édifice « du développement du patrimoine immatériel de la Martinique ».

Savoir-faire pour un savoir-vivre ?

Syrinx aruanus - watabwiMais le son vibre bien au-delà des mornes et des cases créoles.

En effet, Henri me précise qu’une trompette australienne (syrinx aruanus) a été trouvé dans le Queensland et serait un des premiers instruments des peuples aborigènes.

Le chemin musical était donc prévu aux croisées de l’Histoire.

De mon côté, je suis tombée sous le charme du lambi royal (ci-dessous)…

lambi royal

La Martinique s’inspire de cette transcendance où l’humain accompagne Dame Nature pour surmonter le quotidien. Les notes sont alors festives et se retrouvent dans la pratique du Lasotè, travail des champs laborieux mais aussi d’entraide.

Car une philosophie de vie s’intègre dans cette démarche du « Vivant » où l’Homme trouve une place au diapason d’un langage universel.

Do musical - Watabwi

conque de lambiTechnique de la conque de lambi

Embouchure conque lambi

Avant de pincer habillement les lèvres sur l’embouchure de la conque, beaucoup d’heures de travail façonnent l’instrument. Depuis l’océan, le séchage, le lavage, le polissage, le meulage… et l’embellissement par les adornos si caractéristiques de la culture amérindienne font parfois un cumul de 50 heures de minutie, me précise Jean-Pierre.

Adorno sur conque

Atelier conque de lambi - watabwi

Et puis on souffle, par ce son vital originel, qui se transforme au gré de la passion. Car rappelons-le, les souffleurs les plus expérimentés sont ceux qui après de longues heures d’entrainement, pourront rejoindre les rares experts d’un savoir – faire les plus extraordinaires mais aussi les plus profonds de notre passé.

De génération en génération, pour un fil conducteur humaniste et identitaire. « Pas de hasard, mais uniquement des rendez-vous » me précise alors Jean-Pierre.

Femme bodme de FoyalPour aller plus loin, quelques mots…

« Nous croyons que le chant peut vaincre le crépuscule. Nous le croyons parce que le conteur créole nous a appris à lever les mots jusqu’à traverser la nuit. A lever des mots jusqu’au moment où se lève le soleil. » Monchoachi

Fiche pratique Watabwi

Henri - Watabwi

  • Association « Watabwi » groupe orchestral de souffleurs de conques marines
  • Initiation hebdomadaire le mercredi à Fort-de-France (Malecon, face aux balançoires) ; horaire : 18 à 20 heures
  • CD-livre Watabwi (en cours de ré-édition) – epika@gmail.com – produit par L.A.O