1

Steeve Mac Curry, la gloire et … un scandale !

Steeve Mac curry, la photo du siècle dernier

Afghane aux yeux verts - Steeve Mac Curry

De nombreux prix sont décernés à ce photographe d’exception, qu’est Steeve Mac Curry. D’ailleurs vous connaissez certainement LA photographie qui a immortalisé son infatigable travail de reporteur.

Je parle bien sûr de cette capture d’écran unique de « l’afghane aux yeux verts » comme elle a été étiquetée. Prise en 1984 (couverture en 1985), ce cliché a traversé nos années pixélisées tant par l’expression du visage que par la qualité de la composition.

Afghane aux yeux verts - exposition MaillolLe regard magnétique a été cristallisé par la revue National Geographic. A 12 ans, Sharbat Gula vivait sous le joug de la Russie en Afghanistan. Elle a alors franchi les montagnes avec sa fratrie sous les bombardements pour un camp de réfugiés au Pakistan. Elle y vivra 35 ans dans la clandestinité.

Qu’est devenue cette adolescente ? C’était une question qui me taraudait, comme bien d’autres, avec l’égrènement du temps… Steeve Mac Curry l’avait photographié sans connaitre son nom.

Ce sera qu’en 2002, que le photographe pourra enfin la nommer suite à un travail de recherche avec le journal. Après l’exil, elle fera son retour en Afghanistan telle une « icône »… Aujourd’hui femme et mère de famille, mariée à 13 ans.

Puis à 49 ans, de nouvelles turbulences la force à fuir, elle et sa famille : Rome accueille cette femme fuyant le nouveau régime taliban…

Guerre en Afghanistan

Le parcours exceptionnel de ce photographe

Indienne

Né à Philadelphie (Pennsylvanie) en 1950, Steeve Mac curry est devenu au cours des 40 dernières années le photographe le plus iconique de la planète. Plus de 20 livres écrits, et nombre de prix (dont 4 fois le World Press Photo !) ont jalonné son parcours d’exception.

Photo noir et blanc - Stevve Mac CurryDe nombreux conflits ont été couverts par le journaliste, que ce soit à la frontière du Pakistan, avec des réfugiés afghans ou au Tibet, lors d’un long pèlerinage. D’innombrables situations de vie, dramatiques, uniques ou intimistes se sont retrouvées sur les pellicules cachées le plus souvent dans les ourlets de ses vêtements pour traverser les contrôles militaires.

Des ethnies aujourd’hui disparues, des bâtiments maintenant détruits… ou encore des conflits étouffés ont pu resurgir lors de cette admirable exposition. Du temps pour parcourir trois étages de témoignage où les regards des uns et des autres … nous scotchent devant l’image.

L’émotion est transmise…

Jeune fille inondation - Stevve Mac Curry

Et le message perçu de la fragilité humaine dans un monde chaotique, lié à des transgressions, est flagrant. Pourtant l’innocence est lisible à fleur de peau, ou plutôt à fleur de la pellicule.

Catastrophe naturelle - exposition Maillol

Le scandale vécu comme une trahison par les pairs

Lecture - expo Maillol

Le 29 avril 2016, Paolo Viglione découvre que l’une des photos de Steve McCurry exposées au palais Venaria Reale à Turin est retouchée.

À la suite d’une enquête, l’agence Magnum et le National Geographic ont retiré certaines photographies suspectées de manipulation de Steve McCurry de leurs sites web.

Interviewé par le Time Magazine, l’artiste déclare : « Je suis un conteur visuel, pas un photo-journaliste ».

Jeune fille - Exposition Steeve Mac Curry

Les explications de Steve McCurry n’ont pas convaincu le comité d’éthique de l’ Association nationale des photographes de presse des États-Unis, qui a publié un communiqué sévère à l’endroit du photographe. Le mot trahison est approché…

L’intérêt de l’exposition

Femme aux 3 chiens - Steeve Mac Curry

Homme et son chienAu-delà des éclaboussures ayant terni la réputation du reporteur, il n’en reste pas moins qu’il fallait être LÀ entre guerres et migrations, entre violence et drames… pour capturer tous ces regards « au cœur d’un chemin ».

Que les clichés soient un peu rognés à l’aire des logiciels Lightroom ou Photoshop diminue quelque peu la ligne de l’éthique soi-disant.

Car la photographie, et ce qui l’honore, en est bien sûr l’usage de l’outil et la déontologie du réalisateur. Et à cela, je laisse chacun, ou plutôt les experts se positionner.

Steeve Mac Curry

Pour ma part, ce « conteur visuel » a lâché un « génie artistique » à travers 150 photos parfois inédites. C’est tout simplement une exposition hors du commun.

De l’Afghanistan à l’Asie du sud-est, de l’Afrique à l’Amérique latine, le côté humaniste et contextuel reste le fil conducteur d’images impressionnantes par leur intimité même dans les lieux les plus publics.

Musée Maillol

Exposition Mac CurryDes instants à jamais gravés par des catastrophes climatiques et humaines… ou à l’inverse des partages de moments chaleureux inondent chaque capture d’écran. Une force d’harmonie se dégage même à travers la misère ou la singularité.

L’ « élégance de l’ordinaire » et « l’empreinte de la violence » sont ainsi captées par le noir et blanc ou les couleurs chatoyantes.

Rien ne manque à ce dédale photographique qui nous fait ressortir pantois d’admiration… pour tant de moments négligés et sublimés à la fois !

Fiche pratique exposition Steeve Mac curry

Musée Maillol - Steeve Mac Curry

Rétrospective de 150 photographies du 9 décembre 2021 au 29 mai 2022

Musée Maillol : 59-61 Rue de Grenelle – 75007 Paris 7 – 0142 22 59 58

Accès : Métro ligne 12 station “Rue du Bac”

Conseil : réservez en ligne (en amont) car souvent complet !

 Autre expo parisienne : Babi est doux