1

 Calebasse, un jeu de lumières embrasées !

Pourquoi utiliser la calebasse ? 

Saladier calebasse

La calebasse est une matière naturelle qui offre une multitude de possibilités créatives. C’est toujours un challenge de faire de ce fruit non comestible un objet d’art. En Martinique, on retrouve la calebasse dans divers objets usuels, dont le coui pour la macération des poissons et viandes.

Ma mère (NB : celle de l’artiste) a voulu valoriser la calebasse en lui donnant un support artistique. Dans un premier temps, elle faisait des sacs à dos, des portes monnaies… et bien sûr des couis gravés à la gouge à bois.

Depuis quelques années, elle s’est consacrée à la création de lampes, idée suggérée par ses clients !

Son travail a énormément évolué en quelques années et je me sens chanceuse d’avoir beneficié de toutes ses expériences et savoir-faire en la matière.

Comment avezvous eu cette passion ? 

Lumière embrasée - calebasse

J’ai choisi de jouer avec la lumière à travers ce magnifique support qu’est la calebasse.

Passion transmise par ma mère, puisque c’est elle qui travaillait la calebasse depuis plus de 20 ans !

Pendant mon séjour d’une année en Martinique, elle m’a initiée à son art du travail de la calebasse, de la cueillette à la finition. Le fait qu’elle décide d’arrêter son activité m’a encouragée à reprendre le flambeau.

A son retour de Martinique, cette année, elle a continué de me former afin que je puisse me lancer dans cette activité.

Calebasses

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Oeuvre de Nicole Chansard

Mes sources d’inspirations sont diverses et variées.

Je m’inspire de tout ce qui m’entoure et travaille selon mon humeur !

Contrairement à ma mère qui dessine des paysages, des animaux…

Je suis plus attirée par l’abstrait ou les formes géométriques ; cela révèle ou inspire tout un chacun ce qu’il a envie d’y voir ou d’imaginer.

Des étapes bien orchestrées

calebasse - scie sauteuseChristian - calebasseChristian, un ami de longue date réalise les premières étapes ; il cueille, découpe à la scie à métaux, puis vide la calebasse à l’aide d’une cuillère à soupe. La calebasse trempe dans de l’eau de Javel et sèche environ 3 semaines.

Il est toutefois possible de travailler la calebasse encore pleine, ou vidée et encore très verte. Mais je procede différemment.

Calebassier

Gravure calebassePuis mon travail de créatrice arrive, celui que je préfère !

Je dessine au crayon gras puis grave à la gouge à bois (ou à la dremelle) selon l’effet désiré.

Le brûlage, la peinture à l’intérieur, les trous avec les forets finalisent l’œuvre souhaitée ;

Reste alors le support et la connection des fils électriques !

Quelles sont vos créations ?

Bois flotte - calebasseDepuis ce début d’année, les lampes sont mes supports de prédilection. Et il me reste tant à explorer, à créer dans ce domaine que je m’y consacre entièrement. Pour le moment…

Mais qui sait ce que je vais réussir à faire avec ces calebasses !

Les supports actuels sont en bois flottés mais je pense diversifier. Il y a tellement de choix possibles que cela va être très sympa d’explorer tout cela !

Fiche pratique ” calebasse “

Sam et sa maman Nicole Chansard

Interview de l’artiste : Samia Bedda

Crédit Photo : Samia Bedda

Page FB (contact messenger) : @Lightyourkalbass

Atelier (sur RDV uniquement) : L’overground 24 rue du 14 Juillet 33400 Talence

Possibilité d’envois postaux des commandes