1

Ancrage positif, un boost de l’humeur !

Origine de l’ancrage positif

L’ancrage positif est issu de la programmation neurolinguistique (PNL) ; cette dernière est un ensemble de techniques permettant une amélioration de la communication interindividuelle.

PNL_schema_global_Alain_THIRY

Ancrage positif - PNLJohn Grinder et Richard Bandler, linguiste et psychologue, ont créé en 1972 cette modélisation. Ainsi des protocoles seront développés pour cibler des structures comportementales, liées le plus souvent aux représentations mentales et aux automatismes.

La PNL s’applique à divers domaines comme le sport, le management, la créativité… mais aussi la communication entre groupes sociaux, thématique approfondie par Robert Dilts en 2006.

Lié au conditionnement pavlovien

Ce conditionnement (dit aussi répondant) correspond à l’association de stimuli à des réactions automatiques de l’organisme d’un animal. Illustré par les dessins du chien (ci – dessous), on comprend facilement que la cloche assimilée à la nourriture déclenche une salivation chez l’animal, même sans la pitance !

Conditionnement - pavlov - ancrage positif

L’ancrage positif se fonde également sur ce comportement issu des théories du béhaviorisme et lié à une procédure d’apprentissage.

Il s’agit donc d’un stimulus d’un sens pour obtenir un effet physiologique. En ce qui nous concerne, on essaiera de ne pas choisir la salivation ! Et pourtant, c’est bien ce qui se passe quand on passe devant la maison de Man Finotte… 😉

Patés salés

Quésaco alors ?

sortie pirogue - ancrage positifL’ancrage positif est une liaison entre un état émotionnel positif et une action physique. Cette émotion, une fois solidement liée au geste par exemple, resurgira par le conditionnement de notre organisme.

Ce phénomène bénéfique s’applique aussi aux odeurs, aux sons, aux visuels… Inconsciemment nous sommes liés à de nombreux ancrages comme le bonheur lié à une musique ou un souvenir d’enfance heureuse lié à une odeur « pain beurre chocolat » par exemple ! Le marketing a d’ailleurs très bien compris cette technique…

À chaque fois que vous aurez besoin de renouer avec ce ressenti, il vous suffira de refaire le geste qui lui est associé. Essayez, vous « verrez » !

Manège Pokhara - ancrage positif

Comment faire un ancrage ?

Boisson au basilic

Étape 1 : Choisissez l’émotion que vous voulez retrouver selon votre besoin : joie, bien-être, sérénité, confiance, détente etc.

Étape 2 : Identifiez une expérience du passé qui a déjà provoqué cette émotion ou ce plaisir (un repas, un évènement sportif, un lieu…).

Entrainement natation

Étape 3 : Choisissez le geste qui va représenter votre ancrage positif (à reproduire discrètement en toute situation). Par exemple vous pincer un doigt, poser votre main sur l’épaule, manipuler votre montre ou un bijou, etc.

Étape 4  : Installez-vous dans un endroit calme. Respirez bien profondément par le ventre, faites le vide dans votre esprit.

Ancrage positif - lieuÉtape 5 : Repensez au souvenir particulièrement plaisant que vous avez identifié (étape 2), revoyez la scène avec tous les détails associés : couleurs (bleu de la mer), cadre (baie de Fort-de-france), odeurs (salinité), bruits (de l’eau), etc.

Laissez vous envahir par cette émotion positive.

Étape 6 : Dans cet état émotionnel, faites alors le geste que vous avez choisi (étape 3). Soyez conscient de votre geste et associez-le volontairement à votre émotion. Répétez votre geste (plusieurs fois) en focalisant toute votre attention sur le moment présent.

Et qu’est-ce qu’on fait avec ?

L’ancrage positif permet de mieux réagir à une situation.

Prendre la parole devant les autres apporte un certain stress et il est utile de savoir se détendre avant un oral, une conférence, un entretien.

Ivane et visite medicalePasser une évaluation peut déclencher une inquiétude (bien naturelle mais parfois handicapante chez certains) et éprouver de la confiance en soi va rendre possible le passage de l’épreuve.

C’est valable « dans la vie de tous les jours » : visite du médecin, assumer un risque, supporter le bruit des transports en commun…

La réussite de cette méthode d’ancrage positif est l’alliance d’une concentration et de régularité des entrainements.

Alors, on essaye ? « Qui ne tente rien, n’a rien… » dirait ma grand-mère. 😉